presse en ligne
Publié le - 196 clics -

2ème appel d’offre pour l’éolien Offshore : GDF Suez et Areva en tête.

Nommée ministre de l’Ecologie et du développement durable le mercredi 2 avril, Ségolène Royal doit déjà trancher sur l’un de ses premier grands dossiers : qui du tandem EDF-Alstom ou de celui de GDF Suez- Areva, obtiendra le droit de construire et d’exploiter les deux parcs éoliens offshore d’une puissance de 500 MW, tous deux prévus au large du Tréport, en Seine-Maritime et des îles d’Yeu et Noirmoutier, en Vendée.

offshore

Le tandem Suez-Areva en pôle position

Des sources indiquent qu’après l’analyse des deux offres réalisée de novembre 2013 à mars 2014, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) juge que GDF Suez et Areva est le tandem le plus à même de répondre au lourd cahier des charges imposé par l’Etat français. Toutefois, la décision finale appartient au gouvernement et l’arbitrage remontera même jusqu’à l’Elysée, étant donné le poids financier et industriel d’un tel projet : près de 4 milliards d’euros investis et 1.6 millions de personnes alimentées.

L’enjeu est capital pour le groupe Areva et GDF Suez, qui a perdu des mannes financières en 2013 dans les secteurs des énergies renouvelables et notamment éolien. Le secteur est pénalisé par les nombreuses réticences des électriciens à investir dans un secteur où les surcapacités de production sont élevées, et les subventions à guichet ouvert revues à la baisse dans chaque pays européens.
Pour le moment, Areva n’a décroché que le parc éolien offshore de la baie de St-Brieuc, toutefois, le groupe compte sur son alliance avec Iberdrola pour bénéficier des projets éoliens que le groupe espagnol développera au large des côtes bretonnes. La coentreprise franco-espagnole a pour ambition de devenir un leader global sur le marché, capable de rivaliser avec les plus grands comme Siemens, numéro 1 du secteur.

L’éolien offshore, un fort potentiel

Bien que certains observateurs s’interrogent sur sa compétitivité, en raison de son intermittence et de son gigantisme, l’énergie éolienne offshore est en plein essor en Europe du Nord. Les pays scandinaves ne se posent même plus la question sur cette énergie renouvelable, au Danemark notamment ou l’éolien (terrestre et offshore confondu) représente près d’un quart de la production électrique du pays. Pour tous ces pays, la Mer du Nord est un fort potentielle, l’Allemagne qui a pris sa définitivement sa décision de sortir du nucléaire, espère fournir un cinquième de sa demande énergétique grâce à l’éolien offshore.

Laissez votre commentaire à  propos de cet article

Derniers Articles de presse

  1. 18 Fév. 2016La ville fleurie de Drancy734 clics
  2. 1 Janv. 2016Le contrôle technique pour les voitures tunées860 clics
  3. 18 Déc. 2015Une assurance vie pour préparer sa retraite ?415 clics
  4. 17 Déc. 2015Tendance : la chevelure macaron, inspiration de la pâtisserie867 clics
  5. 17 Déc. 2015L’investissement loi Pinel en 2016877 clics